Un grain de folie à partager, quelques idées à semer, beaucoup de couleurs à ajouter...
Le jardin des arts est l'endroit où les passions se rencontrent, avec pour terrain commun un jardin fleuri...
et un goût du naturel certain !
Et quand cela est saupoudré des malices d'une créature des chemins,
cela donne ça...
Bienvenus !


12 déc. 2011

Voyage asiatique


Et bien, vous voilà tout perdus...non,  je ne suis pas -totalement- folle, j'aime juste vous faire tourner en bourrique...L'Afrique était bien ma destination du mois d'octobre,  mais l'Asie s'est invitée en Novembre au jardin...Sur mon pittosporum ! Et oui, je me suis essayée un peu avant mon départ à la taille Niwaki sur un sujet très très (trop?) présent sur la terrasse.


Le sujet très très présent sur la terrasse

J'ai procédé en deux étapes bien distinctes, chaque étape étant composée de deux après-midi entier de taille intensive *donc quatre après-midi, c'est bien, tout le monde suit*. La première étape avant mon départ, la seconde après. Je pense que c'est vraiment bien de laisser le temps filer un peu pour ce genre de taille, cela permet de garder un œil neuf sur le travail, surtout quand l'arbuste fait cette ampleur. Je vous jure, au bout d'un moment, on ne voit plus rien, on ne comprend plus rien...Enfin c'est peut être moi aussi !

J'ai suivi la structure naturelle de l'arbuste, dont les branches se "tordaient" vers l'est, sous la contrainte du vent depuis toutes ces années (la terasse est exposée plein ouest). C'est d'ailleurs incroyable de se rendre compte à quel point le vent peut influencer l'allure générale d'un végétal ! Enfin donc, après plusieurs coups de sécateurs, après de nombreux allers retours pour avoir toujours le recul sur la structure d'ensemble, et après quelques frayeurs sur l'escabeau, voici les résultats !


J'ai encore deux trois choses qui me dérangent un peu.

  
La première,  c'est le palier le plus haut : il faut que je le conduise au fur et à mesure des tailles davantage vers la gauche, afin que l'ensemble paraisse un peu plus équilibré..ou que je le supprime ? je réfléchis encore...mieux vaut y aller doucement ! La deuxième, c'est le "nuage" tout à fait à gauche : je vais attendre qu'il s'étale un peu, afin qu'il forme moins une boule, et plus...un nuage ! Et pour le reste, je me laisse le temps de juger à nouveau l'ensemble dans quelques semaines/mois.

Bien sûr, ce type de taille demande des années avant d'être bien établie, et pour le moment, notre pittosporum fait ses premiers pas...à la japonaise bien sûr ! 

6 déc. 2011

Décembre ? quoi déjà ?!

Je vous l'annonce : des parapluies aux gros lainages...Décembre est là ! si si...

Comment sait-on que décembre est à nos pied ? quelques indices soufflées par Mamzelle Bulle (présentation ici !), ma chère compagne de tête et de coeur... :

- nous hésitons encore à quitter cette chère veste si seyante contre le gros manteau bien chaud mais qui nous donne l'air d'avoir enfilé les uns par dessus les autres tous les vêtements de notre placard...
- nous avons de coté une paire de chaussettes triple épaisseur pour la nuit, et des mouchoirs sous l'oreiller
- nous surveillons de près la température à  la maison, et nous nous résignons enfin à allumer le chauffage, parce que 14, ca fait léger
- mais nous poussons à fond le chauffage au bureau (c'est le patron qui paie)

Mais une fois ces changements bien ancrés , soyons honnêtes, décembre est un de nos mois préférés ! Les rues s'illuminent et les arbres scintillent; des odeurs de gaufres, de chichis et de vin chaud emplissent les rues et titillent nos narines; un vent frais nous teinte les joues d'un joli rouge de bonne mine, les magasins ouvrent leurs portes avec toutes leurs promesses d'envies à enfin assouvir...Décembre est le mois de la non culpabilité : envolées, les prises de position sur la planète à préserver, et vivent les sapins étincelants et les façades  clignotantes (et oublions que le budget moyen d'illumination d'une ville est d'environ 30000 euros et pourrait servir à alimenter en énergie quelques régions du monde défavorisées...); envolé, le dictat sur les régimes , et vive la taille du dessus (et ne pensons pas qu'une gaufre au chocolat possède environ 360 calories...), envolées, les restrictions de budget, et vive notre envie de faire et de se faire plaisir (et négligeons le fait que les budgets cadeaux de 500 euros en moyenne pourraient participer à payer un autre mois de ce si cher loyer...).

Mais sortons plutôt les bougies, les écharpes douillettes et les bonnets qui retombent sur les yeux, contrairement au vieil adage, c'est en décembre qu'on peut dire : fait ce qu'il te plait!

Alors,à ne pas oublier ce mois-ci :

 décorer la maison, et faire que l'on sent que Noël est à notre porte dès les premiers regards, sans oublier d'éteindre les lumières pendant notre absence, parce que, non plus, faut pas exagérer...

 faire les achats de cadeaux de noël, et faire des listes, parce que c'est bien beau de faire des surprises, mais c'est bien aussi d'en recevoir!

 protéger les plantes du balcon et du jardin, parce que il n'y a pas de raison que décembre ait raison de nos plantes préférées...

et surtout...ne pas se priver : vivent les douceurs de l'hiver !

30 nov. 2011

Novembre...départ en douceur

Paré d'une robe cousue de soie


Drapé d'un voile tissé de longs fils d'or


Orné de perles et de pierres mystèrieuses



Novembre tire une belle révérence avec ses habits de fête !

Et bien, novembre s'achève, avec de belles notes de douceur...Nous avons eu une saison des plus agréables, et je sais que vous en avez tous et toutes profité ! Maintenant, les jours rigoureux se pointent, l'occasion d'en profiter aussi...au chaud !

Mercredi Photographie


25 nov. 2011

Ça va être ta fête !

Roh c'est la sainte catheriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine !

Bonne fête Catherine !


Oui je le mets en gros, ce doit être genre la première fête à laquelle je pense depuis le début de l'année ! quoi on est fin novembre ??? ben voui c'est ce que je dis :)

- et j'inclue celle de mon père, qui est le jour de l'anniversaire à mon petit frère ! impardonnable...-

-  et je précise que normalement ça m'est égal, mais bon, c'est toi alors ;) -

- et je ne précise pas que j'y ai pensé en allant faire un tour sur un blog jardin (merci Marie-Claude !) " à la sainte Catherine, tout prend racine !" (ben oui faut pas non plus abuser...)

Bon, et comme je ne fais rien comme il faut, j'ai pas attendu aujourd'hui pour transplanter un rosier qui dépérissait à vue d'œil (il n'a même pas fleuri cette année)...je ne sais pas si il reprendra, mais je n'avais rien à perdre, de toute façon. Il était placé à un très mauvais endroit de la terrasse qui est en total réaménagement.

*non je dirais rien, c'est pas la peine n'insistez pas ;) *

Hier, bêche et dos en compote, je l'ai placé en pot, en attendant de lui trouver un endroit convenable. Et oui c'est comme ça quand tout reste à faire ! 


Le rosier qui dépérissait.

Bonne fête à toutes les Catherine (s) !

18 nov. 2011

Abri à insectes : et pourquoi pas ?

Mon abri à insectes offert par une amie s'est trouvé une petite place au jardin...

L'occasion pour moi de rappeler que ces abris ne servent pas uniquement l'hiver, mais tout au long de l'année permettent aux p'tites bestioles de faire leur nid, de se trouver un coin pour la nuit...

Ces abris ont le vent en poupe depuis peu de temps, mais j'ai pu voir qu'ils suscitent des interrogations chez beaucoup de personnes quant à leur utilité. J'ai entendu parler de "marketing" ou de "matraquage commercial". Bien sûr, les insectes ne nous pas attendus pour trouver de quoi dormir, et les jardins regorgent de coin où se camoufler...Geneviève et son Doubs Jardin explique ça très bien ici. Mais j'aurai tout de même plusieurs objections à ces considérations "marketing".

La première est que tout le monde n'a pas la chance d'avoir un jardin, et ces abris peuvent être une formidable porte de sortie vers la nature et l'extérieur, pour ceux qui ont a peine plus qu'un balcon. Je vais caricaturer, mais dire qu'un abri est un support commercial, c'est un peu comme dire qu'une jardinière peut l'être ! "à quoi sert une jardinière puisque l'on peut planter partout où jardin ?"...J'en connais beaucoup pour qui une petite jardinière est un pas vers la poésie...

Ensuite, et cette objection rejoint la première, oui l'abri est plus qu'utile sur une planète qui se trouve de plus en plus construite et bétonnée. Preuve en est les chiffres alarmants : des centaines et des centaines d'espèces d'insectes disparaissent chaque année, et cela va en s'accroissant...En villes, les insectes manquent d'espaces de nidification, et ce n'est pas dans les jardins qu'ils trouvent nécessairement de quoi s'abriter. Un abri à insectes (ou plusieurs, soyons objectifs) peut permettre de combler ce manque, si bien sur l'action est généralisée...

Et enfin, ma dernière objection serait plus personnelle : j'ai un jardin, avec de l'espace où les insectes peuvent se loger. Mais je compte bien multiplier les abris à insectes ; je les imagine colorés et décoratifs. Pourquoi ? et bien tout simplement dans une volonté -plus que nécessaire- d'informations. Je veux que les gens qui viennent au jardin me demandent : à quoi ça sert ? Alors je leur expliquerai. Parce qu'au delà de toutes ces démarches individuelles, l'échange d'informations est encore le meilleur moyen de sensibiliser les gens. Et quel autre formidable support que ces petits objets étranges faits de bois, de terre cuite ou de pierre ?

4 nov. 2011

Chaud-froid

Brume fantômatique, arbres de feu, tapis de feuilles et col roulé...novembre est là ! Le temps est clément, parait-il. N'empêche, la rupture est rude. Au revoir terre rouge et sable chaud, palmiers et bougainvilliers, bain salé et poissons multicolores, mangues et bananes flambées, poignées de main et sourires qui rechauffent l'âme et le coeur...et les fleurs, des milliers de toutes les couleurs. En attendant le tri des photos made in Africa, une petite image bien de chez nous !

4 oct. 2011

Pause....et oui !

Et bien, c`est en direct de l`aeroport que je viens prendre conge de la blogosphere...et en direct d`un clavier qwerty ou je ne trouve pas les accents ! une petite image en attendant mon retour, dans quatre semaines...bien meritees !



Alors...un p`tit indice en attendant des photos de jardins, j`espere ! Un bon mois d`octobre a toutes, finalement, notre si bel automne va se prolonger pour moi...

27 sept. 2011

Vue d'ici...

Quand le monde s'éveille,

Quand le soleil se mélange avec la nuit

Quand la lumière est d'or

Quand le ciel revêt son costume de fête

Quand les lumières des hommes montrent la vie,

Je ne me lasse pas de te regarder...


En photo, la vue depuis la terrasse, souvenez-vous le jardin est en paliers successifs (cinq en tout), la terrasse étant tout en haut. Les anciens propréiatires y avaient même placé une arche, qui encadre parfaitement le clocher de l'église, vue de l'intérieur de la véranda. Ils avaient pensé à tout...

23 sept. 2011

Automne, mon amour

S'est déversée sur moi cette impression que l'automne s'est abattu d'un coup, avant d'avoir pu dire "ouf"...Et dire que j'espérais que l'été joue les prolongations, avec des journées encore chaudes et des soirées en terrasse qui se prolongent. Non, le froid est plus intense, les journée sont de pluie, et les repas à l'intérieur...Mais non à la sinistrose on a dit ! Alors voici de quoi apprécier un peu l'arrivée de l'automne, en image...Car c'est aujourd'hui !


L'hortensia qui s'habille de flamme et de feu


Les paysages qui s'habillent de douce mélancolie


Mes mains qui s'habillent de gants pour tailler, planter, biner


Les soirées qui s'habillent de musique feutrée


Les rues de la ville qui s'habillent d'or et d'intimité



Bel automne à tous et toutes !

19 sept. 2011

Avant-goût d'automne...

Petit tour de jardin un soir d'été...

 

Un panier au bras, une échelle sur le dos...allons discuter avec Mônsieur le Figuier

 

Devant le regard de Mamzelle Loa, bien attentive à la figue qui aura su s'échapper 

 

On a fait des pieds et des mains pour garnir la cuve (et le palais...)

 

En deux trois mouvements, et un peu plus qu'il ne faudrait pour faire envie rien qu'à regarder...

 

Les figues se sont trouvées toute confiturées ! 

Une vingtaine de pots ont été faits, le figuier de notre premier été dans ce jardin a été d'une générosité sans fin ! Alors vingts pots c'est très peu par rapport à ce qu'on aurait pu faire, mais il faut bien reconnaitre, qu'en ces mois, la maison prend tout notre temps, et on a pas pu être derrière chaque figue qui tombait...

Mais nous lui avons fait honneur à ce cher figuier : beaucoup de fruits ont été dévorés à même l'arbre...et beaucoup d'autres à même le sol...Et oui ! Mamzelle Loa a bien réussi à récupérer quelques délices sucrés (elle est au régime pourtant, interdite de figues !).

Et pour notre première tournée, et bien beaucoup de pots sont partis ainsi enrubannés, chez la famille, les amis...à quoi servirait un jardin généreux si on ne pouvait pas partager ?

6 sept. 2011

Le Clos du Coudray

Il y a deux semaines, les fondateurs passionnés du Clos du Coudray annonçaient la cessation de leurs activité sur leur site web, ici. C'est bien tristement que j'ai appris la nouvelle, et je me suis rappelée il y a quelques années mes premiers émois jardin...Cela a commencé par une vivace à planter, un arbuste à tailler, des pierres à déplacer et mes premières plates bandes créées...Le jardin est venu à moi vers 15 ans, et j'avais le terrain de mes parents comme terrain d'apprentissage. Et je me souviens d'avoir été cent fois perdue, au milieu de ce trop grand hectare...je ne savais pas par quel bout le prendre ! Alors vinrent mes premières recherches internet, et je suis tombée, quelques années plus tard, sur les pages du Clos du Coudray (il me semble que ce n'était pas le même site à l'époque). Il y avait un plan du jardin, des allées à ne plus en finir, l'emplacement de la maison, celle d'une pépinière. Et des photos, beaucoup de photos, qui ont éveillé davantage mes envies de jardin, qui m'ont fait comprendre que j'avais trouvé quelque chose, ma voie ? Je me souviens m'être sentie démunie, aussi. Devant tant de travail à accomplir, devant ces pierres encore à déplacer, devant les envies à assembler entre elles pour rendre le tout cohérent. Et j'ai contacté cet homme, Jean, à l'origine de ce si beau paradis, pour qu'il m'aide à y voir clair. Et il m'a répondue, tout de suite. Il m'a dit de prendre mon temps. D'aller de pas en pas, une chose à la fois. Il m'a dit de penser le jardin en plusieurs parties. Il m'a dit que j'y arriverais.

Des mots d'un homme passionné, qui méritait -et qui mérite toujours !- tous les écueils positifs que ses créations lui ont amené. Cela n'a malheureusement pas suffit pour sauver son clos, et c'est d'une tristesse sans fin...Mais je suis suis sure que les jardins continueront de vivre grâce à lui, de quelques manières que ce soit !

En tout cas, si vous passez par là, le parc reste visible jusqu'à fin septembre...l'occasion aussi de passer une dernière fois par la pépinière...


1 sept. 2011

L'anti-sinistrose

1er septembre...on y est...Habituellement, je vous aurais écris des mots teintés de mélancolie, d'impatience et même, même, de tristesse. Mais non, c'en est fît des fins d'été tristounettes, des regards perdus dans le lointain, guettant le mauvais temps qui va arriver. Si, si. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais entre temps, j'ai décidé d'aimer le temps qui passe. Un calendrier m'a été offert, avec pour chaque semaine un p'tit rappel des choses à faire au jardin, quelques jolis mots qui accompagnent floraison et coup de bêche. Et bien, la vie est un calendrier, un calendrier du jardin. Chaque jour s'accompagne de nouvelles choses à faire et chaque saison, de savoureux détails à découvrir et souvent, redécouvrir. Alors, allons-y ! entrons dans septembre avec la joie au ventre et le sourire aux lèvres ! c'est si beau aussi, l'automne... 

Promesses de septembre : 

 Du soleil encore et encore

 Des rires et des cris tout droits sortis des cours d'école

 Des asters à profusion, des fuchsia (si si, c'est comme ça que cela s'écrit, voir l'explication chez Marie-Claude) toujours présents, et des couleurs par milliers pour qui sait bien regarder...

31 août 2011

Tournant de rentrée

Il fut un temps, peu lointain, où j'avais un autre blog, celui un peu plus intime dans lequel j'ouvrais les portes d'un jardin bien secret. Un jardin, encore. Depuis Jardin Des Arts a pris toute la place, mais il lui manque quelque chose, l'autre partie de moi que je souhaitais au départ bien séparée. Mais il est difficile de scinder un être en deux. C'est pourquoi j'ai décidé d'unir à Jardins Des Arts le petit bout qui fera la différence. Et là où le nom de ce blog prend toute cette importance, avec des arts, plus ou moins affranchis, plus ou moins accomplis, plus ou moins aboutis...L'écriture, le dessin, la peinture, la photographie, et beaucoup d'autres "essais" ...et bien sûr le jardin, l'art le plus noble à mes yeux. Et avec joie, j'ai l'heureuse joie de vous présenter (ou représenter pour certains) la reine des nouveaux lieux : Billibulle, une petite créature *qui existe en vrai de vrai, si ! je vous jure !* bien étrange que je rencontre souvent (quand elle veut bien se montrer), au détour d'un chemin, glissant sur le plumeau d'une graminée ou se regardant dans une flaque d'eau...

Ajoutez à tout ça :


 une pincée de plaisir...

 une larme de confidence...

un zeste de poésie...

et le tout saupoudrée de malice, bien entendu ! 

N'est-ce-pas Mamzelle Bulle ?

22 août 2011

A une chaussure près...

"Les cordonniers sont les plus mal chaussés"...Je me répète très souvent cette phrase ces derniers temps, je ne sais pas si elle me donne du courage ou me déprime, mais elle est là, sur les coins de mes lèvres, prête à sortir pour justifier l'étendue, que dis-je, la montagne de travail à accomplir au jardin. Car oui, le jardin, c'est grâce à lui que j'essaie de gagner ma vie, et c'est encore plus vrai depuis 1 an, date d'ouverture de ma petite activité. Alors voila, je regarde les étendues défraîchies, j'étudie, je guette l'idée formidable, je griffonne, dessine, me plonge de longues heures dans mes encyclopédies du végétal pour dénicher l'association parfaite...Et je repars, laissant le client content (c'est quand même le but) du papier qu'il a dans les mains, parce qu'il sait, lui, que son jardin est au bout de ses doigts et surtout de ceux qui me succèdent pour installer terrasse, bassin, pergola, mur végétal...

Et voila, je me tiens devant le mien de jardin, et les idées sont là, bien sûr, mais mes doigts à moi sont impatients, un peu découragés parfois, de ne pas savoir quand vraiment je pourrais m'y mettre. Bon je vais tailler les rosiers, c'est sûr. La glycine aussi, elle en a besoin. Le tilleul doit absolument y passer. Le sapin disparaitra pour Noël...Mais bon, moi c'est du grand changement dont je rêve : enfin toucher à cette terrasse, déplacer des pierres (bon oui j'ai commencé, un après midi de pleine chaleur où je n'en pouvais plus d'être devant mon écran), débarrasser le lierre, mettre les mains sur la pioche et dégager la place pour mes plantes chéries qui n'en peuvent plus d'être en pots depuis des mois...

Mais bon, il y a le boulot, le jardin des autres en priorité, et la maison, ce serait bien, c'est vrai, d'avoir du chauffage pour l'hiver...

Alors je me dis, allez...encore quelques mois à patienter...et je ne suis plus à quelques chaussures près...

8 août 2011

Perdue dans le nuage...

Ô joie ! me revoila tournoyante dans la sphère internet...

L'occasion pour moi de vous parler enfin d'une plante aperçue dans un jardin botanique, avec un nom un peu surprenant et qui a suscité beaucoup d'interrogations pour moi...pour pas grand chose je crois ! 

Il y a quelques semaines, vous le savez, j'entreprends la visite du jardin des plantes de Bordeaux. Le long de ma balade éducative, je m'arrête au détour d'un chemin fleuri, dans l'allée des grimpantes...et tombe sur cette belle plante, ce nuage de douceur et de pureté.


C'est sur, on l'a reconnait, mais quand même, ce nom sur l'étiquette m'a franchement surprise. On y lit : "clématite arbustive". Un nom qui, en plus de sa forme taillée en arbuste, m'a induite en erreur. Certes, elle est soutenue de chaque coté par un cerclage de tuteurs, mais comme je ne la connais pas, j'y crois, moi, à cette histoire d'arbuste...

Bon, comme quoi le retour sur internet n'apporte que de bonnes choses, cette beauté mystérieuse ne serait que Clematis flammula, devant laquelle mon ignorance au sujet la richesse végétale s'est avouée bien ancrée...Cette flammule ou flammette est une ligneuse, d'où je pense le nom de clématite "arbustive" indiquée par les botanistes du jardin.

Bon, oui, une ligneuse, de souche, comme la plupart des clématites (car il existe des clématites totalement herbacées ! ) mais aussi de tige...comme Clematis viticella. Bref, tout cela me semble bien tordu pour une seule plante, et je me dis que je ne suis pas à l'abri de dire d'autres bêtises...Qu'en pensez-vous ?

2 août 2011

Un petit goût d'été

C'est une des belles surprises de notre nouveau jardin : les fruitiers sont assez nombreux. Les arbres utiles, comme dirait ma douce moitié...Les pruniers ont donc donné, et bien donné ! Des prunes rouges, un peu acides, mais rafraîchissantes. Comme chaque année, nous avons tenté la confiture...mais cette fois, au micro-onde ! et oui, toujours pas de quoi cuisiner pour de vrai, et je n'étais pas résolu à laisser se perdre tous ces fruits si prometteurs...alors on a tenté !

Le résultat en image : 




Bon, les images, c'est bien, mais le gout c'est mieux, et là je peux pas faire grand chose...sinon vous dire que les confitures sont très réussies, leur saveur très douce, et étonnement pas acide. On a déjà liquidé deux pots...et oui ! vivement la saison prochaine !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...